Glissent les vagues de vent.
L’atmosphère se pâme lourdement
Et boit l’aube devant mes yeux.

Reflètent les douces ombres ;
La quiétude de mon allure
Me fait perdre conscience du temps.

Ondule sous mes pas, tapis généreux.
Ébattez vous, êtres improbables,
Dans la naissance du jour.
A mes pieds vous étalez vos vies.

Envolez-vous, nuées magiques.
Résonnez dans ma campagne,
Tumultueuses machines.

Dans ma blonde prairie, je m’allonge
Et scrute le ciel féérique.

Un souffle chaud me transperce le corps
Je gis dans une apesanteur estivale.
La moisson vient de commencer.

GAS - Juillet 2015


Catégorie : - 2015
Page lue 3342 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
Recherche
Webmaster - Infos
Visites

 169892 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Annuaires et Monde de l'art

Site réalisé par "Arlizia Informatique" - Copyright 2012-2017







 

freeguppy.org   © 2004-2017   En savoir plus ...

Thème original pour Wordpress de Templatelite, adapté pour Guppy v4.6 et v5.0 par 4avril.
Difficile à maintenir, il en a inspiré un nouveau nommé "inspire" par le même auteur, pour guppy v5.2.
Ce dernier a été transformé par Arlizia Informatique pour ressembler au mieux au Watercolor précédent.
Licence Creative Commons