Un jour, une nuit, une hirondelle.
Un rayon frappe ma cheville ;
Un jour, au coin de la masure
Je me suis assis,
La brique était chaude
Et mon esprit endormi.

Le tumulte des villes s’est tu,
Laissant place au vagabondage ;
Une ombre furtive rase les cimes
Dans un ciel azur, elle chante l’été.

Dans un éclair subtil, l’oiseau
Me crie sa mélodie sans gêne.

Un jour, assis sur un perron,
Je glisse mon être dans un vif air.
Plongé dans un monde inconnu,
Des cris joyeux d’enfants me percutent.

La vie est là, à l’ombre des maisons.
Elle est là et je ne la vois pas ;

J’attends mes jours,
J’attends mes nuits.

Dans cette rue, assis sur une marche
Une hirondelle frôle mon espace.

J’attends mes jours
J’attends mes nuits ;

J’attends ma vie
J’attends ta main.

GAS - Juin 2015


Catégorie : - 2015
Page lue 3363 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche
Recherche
Webmaster - Infos
Visites

 171844 visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Annuaires et Monde de l'art

Site réalisé par "Arlizia Informatique" - Copyright 2012-2017







 

freeguppy.org   © 2004-2017   En savoir plus ...

Thème original pour Wordpress de Templatelite, adapté pour Guppy v4.6 et v5.0 par 4avril.
Difficile à maintenir, il en a inspiré un nouveau nommé "inspire" par le même auteur, pour guppy v5.2.
Ce dernier a été transformé par Arlizia Informatique pour ressembler au mieux au Watercolor précédent.
Licence Creative Commons