A la fenêtre

Deux vantaux entrouverts
Sous une lumière matinale.

Je traverse la pièce
Et marche jusqu’à la fenêtre.
La main posée sur la vitre,
Mon regard fusionne avec elle.

A l’abri du présent
A l’abri de ma ville, j’observe.

Je respire les rayons du soleil
Occultés par mes persiennes,
Paravents illusoires
Pour mes dangers imaginaires.

Vaine tentative pour calmer mes angoisses
Par un ridicule bouclier transparent.

Debout face à cet univers
La cohue des rues me tue.

Cramponné aux montants
J’ose un geste d’approche
Dans cet espace urbain

Je me noie dans la bruine
Et ne sais plus depuis longtemps
Que mon corps frémit.

Derrière la fenêtre, je regarde.
Mon corps vit
Mais mon esprit meurt.

Ici et partout des murs,
Ici et partout l’artifice
C’est un tout miroitant
C’est un tout qui leurre.

Devant ma fenêtre,
Je me cramponne à l’espoir,
Devant moi,
Ce tout me tue

GAS - October 10/2015


Category : - 2015
Page read 3078 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!

Search
Search
Webmaster - Infos
Visits

 171016 visitors

 14 visitors online

Directories and World of art

WebSite made by "Arlizia Informatique" - Copyright 2012 to 2017







 

freeguppy.org   © 2004-2017   More info ...

Original Wordpress Thème from Templatelite, adapted for Guppy v4.6 & v5.0 by 4avril.
Hard to maintain, it inspired a new one named "inspire" by the same author, for guppy v5.2.
The latter has been transformed by Arlizia Informatique to look better at the previous Watercolor.
Licence Creative Commons